Agora-SHS Ateliers gouvernance et recherche Appliquée
Nouméa, mercredi 20 septembre 2017
   

Sciences Sociales Nouvelle Calédonie Sciences Humaines
 
Retour


Actes du séminaire



Ces rencontres déboucheront sur la publication d’actes du séminaire et sur la création de pages intégrées au site de l’Académie des langues kanak avec une mise en ligne des contributions, des communications orales, en français, en anglais ou en langues océaniennes, ainsi que des enregistrements des ateliers. Les documents publiés seront relus et sélectionnés par un comité scientifique.

Les fichiers audio qui terminent la journée/The audio files which are the last ones for each day


INTERVENANTS

Ballarin & Fotutata

ppt2

presentation_ppt

Wallis et Futuna

Abstract


Delvin, Brian

ppt2
presentation_ppt

Dr Brian Devlin
Contact details :
School of Education, Charles Darwin
University, Darwin NT 0909, Australia

Bilingual, bicultural and biliteracy education in the

Northern Territory, Australia : 1980-2010

Bilingual, bicultural and biliteracy education in theNorthern Territory, Australia : 1980-2010

Abstract

The national Government established bilingual programsin some remote NT Schools in the mid 1970s.
By 1980bilingual education policy encompassed eight officialaims, one of which was to teach vernacular literacy inaddition to the important goals of promoting Englishlanguage and numeracy skills.
Model 1 programsincorporated reading and writing in Aboriginallanguages ;
Model 2 programs did not.Since the establishment of these Model 1 programsfavourable international findings concerning thecomparative effectiveness of bilingual programs havebeen complemented by independent research in the NT(for example, Murtagh, 1979, 1982 ; Gale, McClay,Christie & Harris, 1981), official NT evaluationreports (Richards & Thornton, 1981 ; Stuckey & Richards,1982 ; Richards, 1984 and Markwick-Smith, 1985) and anofficial statistical analysis of NT test results over afour year period, undertaken as part of a departmentalreview of bilingual education (NT DEET, 2005).

On October 14, 2008 the then NT Minister for Educationannounced that ’step’ bilingual programs would bediscontinued.
The following month a data document wastabled in parliament as justification for the decision.However, the authors used an invalid sample and leftout half of the comparative data.
They took no accountof previous reserach and evaluation findings. Theauthor raised this issue with the Minister and seniorofficials in person on February 4, 2009.
When the MySchool website became available in January2010 it became possible for the first time to check thetwo main claims in the Nov 2008 data document.
First,’non-bilingual’ schools were said to have scored betterthan ’bilingual’ schools on 17 out of 20 national testsin 2008.
They did not. Second, MySchool’s figures donot support the allegation that ’non-bilingual’ schoolshad better attendance than those with bilingualprograms in 2008.
It is hard to avoid the conclusionthat, in order to make its case against Model 1(’Step’) bilingual programs, the document’s authors hadengaged in statistical ’sleight of hand’.
In the interests of promoting a more transparent andaccountable approach to policy formulation, this paperchallenges such methods and explains why the evidencesupporting policy decisions not only needs to bereliable and valid ;
it also needs to be made moreaccessible and explicit.The NT Government’s English First policy directiveexcludes the use of vernacular languages during morningclasses and specifies that "Teaching and learningprograms in Northern Territory (NT) schools are to beconducted in English for the first four hours of eachschool day ....
The teaching and learning of Indigenouslanguages and culture may be scheduled during afternoonsessions" (DET, 2009).The decision of October 14 2008 and the policy arebased on faulty generalisations and poor analysis ofcomparative data.
The new directive has createdconfusion, division and bad feelings. Furthermore, ithas diverted attention away from the NT’s poor showingon national test results and divided those who shouldbe working, with a sense of common purpose.

What isneeded is a joint effort to create a more meaningfuland successful education experience for remoteIndigenous students.


Fillol, Véronique, Maître de Conférences

acrobat_8_48x45
IN-séminaire

Résumé de la communication

Cette communication a pour objectif de présenter les premiers résultats d’un programme de recherche intitulé « Ecole Plurilingue Outre-Mer » (ECOLPOM, projet n°ANR-08-BLAN-001-02) (pour les détails, voir : http://www.ecolpom.univ-nantes.fr). Il comporte des évaluations menées parallèlement en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et en Guyane, selon deux axes complémentaires sur 3 ans (2009-2011). Le premier, psycholinguistique, évalue l’impact global de l’enseignement des langues sur les compétences langagières des élèves, tant en langue d’origine (drehu, ajië, tahitien le créole et le nengee) qu’en français, et sur leurs comportements et compétences scolaires ainsi que leur développement personnel. Le second axe, sociolinguistique, cherche à déterminer si le renforcement de l’enseignement des langues d’origine à l’école modifie les pratiques linguistiques des familles, contribue à faire évoluer positivement les représentations linguistiques sur les langues d’origine et sur le français, et s’il favorise le rapprochement des familles avec l’école. Les 3 chercheuses se connaissent et collaborent depuis de nombreuses années. Ce qui caractérise ce travail, ce programme de recherche, c’est aussi une certaine éthique : le respect des positions théoriques de chacun(e). La diversité des champs respectifs oblige à la confrontation entre le terrain et les approches théoriques multiples.

Situation actuelle

Enseignant-chercheur à l’Université de Nouvelle-Calédonie, département Lettres, langues et sciences humaines et à l’IUFM de l’UNC et IUFM de l’UNC.

Chercheur au laboratoire Centre des Nouvelles Etudes sur le Pacifique de l’Université de la Nouvelle-Calédonie (CNEP, EA 4242), membre du RFS (Réseau francophone de sociolinguistique) de l’AIRDF (Association Internationale pour la Recherche en Didactique du Français), de l’AFEF (Association française des enseignants de français)

Partenaire du programme de recherche ANR n°ANR-08-BLAN-001-02 "Evaluation des programmes d’enseignement des langues d’origine en contexte diglossique à l’école primaire en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et en Guyane", acronyme ECOLPOM (pour Ecole Plurilingue Outremer)

Cursus

ATER Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse (recherches sociolinguistiques)

Docteur en Sciences du langage de l’Université de Toulouse II (sémiotique et analyse du discours)

DEA et maîtrise Sciences du langage (+ Mention FLE), Université de Toulouse II

Licence Lettres et Licence Sciences du langage

DEUG Lettres Modernes

Autres expériences professionnelles

Recherche collaborative en sociodidactique : Au groupe scolaire Yahoué, les résultats des élèves à l’entrée au CP ainsi que leurs difficultés dans la compréhension des tâches langagières orales et écrites dans tous les niveaux ont incité l’équipe pédagogique des cycles 1 et 2 à se mobiliser et à réfléchir à la création d’un outil pour aider les élèves à développer leurs compétences langagières au niveau lexical et sémantique. (répertoire lexical construit d’année en année à partir de la petite section)

- Première « expérimentation » (recherche-action de l’introduction des LCK à l’école primaire en NC, avec Claude Lercari, Léonard Sam et Jacques Vernaudon (pour le compte du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie).

Responsable du programme de recherche financé par la DGLFLF « Pratiques linguistiques en Nouvelle-Calédonie : transmissions, usages et représentations » (sous ma responsabilité). (2001-2002)

Collaboration au programme de recherche : « Effets de ruptures dans les rituels conversationnels », sous la responsabilité scientifique de Claudine Moïse, Université d’Avignon (1999 et 2000) ; programme financé par la Délégation interministérielle à la Ville

ATER (Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche) Université d’Avignon et de Toulouse II (1998-2000)

Enseignement du Français Langue Etrangère (Université américaine)

Soutien universitaire et soutien scolaire auprès d’étudiants et d’enfants déficients auditifs (1990-1997)
Formatrice, CEMEA, Toulouse
Chargée de cours à l’Université de Toulouse II de 1994 à 1997
Enseignante de français en collège et en lycée technique et professionnel (remplacements de 1990 à 1994, Académie de Toulouse)

Thématiques de recherche

L’école calédonienne opère depuis le transfert des compétences du premier degré (2000) une véritable réforme de l’école.

Une sociodidactique lucide, construite sur une bonne connaissance du contexte sociolinguistique et des pratiques tant langagières qu’éducatives est nécessaire. Les dimensions identitaire, langagière, cognitive, culturelle, socio-affectives du développement de l’enfant sont corrélées. Valoriser les langues des enfants à l’école, faire du français et des langues kanak des langues d’enseignement et de culture, c’est sans aucun doute créer quelques unes des conditions de ce développement pluriel.

La question du langage, de la langue française et des langues kanak comme langues de scolarisation, comme objet de savoir et de savoirs scolaires mais aussi dans les processus de construction identitaire sont les points centraux de nos activités de recherche (et formation).

Une autre thématique (liée à la première) concerne « l’agir enseignant » (Bucheton), à savoir comment modifier les pratiques d’enseignement du français en contexte plurilingue et diglossique.

Création d’une ERté en cours « L’école en Océanie francophone : espace plurilingue et pluriculturel dont l’un des axes est » :
Comprendre et analyser les relations entre l’école (les savoirs et la culture scolaire) et les familles ; comprendre les fondements historiques, sociologiques et culturels de ces relations ; étudier les inférences contemporaines (leviers et résistances).


Publications depuis 5 ans

Direction d’ouvrages

Vernaudon, J., Fillol, V. (2009). Vers une école plurilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyane, Paris, l’Harmattan.

Fillol, V., Vernaudon, J. (2005). Stéréotypes et représentations en Océanie, Actes du 17ème colloque CORAIL, Nouméa : Corail.

Articles

Fillol, V., Vernaudon, J. (2004). Les langues kanak et le français, langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie : d’un compromis à un bilinguisme équilibré ?, ELA, n° 133, Paris, p. 55-67.

Fillol, V., Vernaudon, J., (2004). Une école plurilingue en Océanie francophone ?, Francophonie et mondialisation, Hermès n°40, Paris, CNRS, p. 294-298.

Fillol, V., Moïse, C. & Bulot, T. (2006, dir). Les langues régionales, Marges Linguistiques, n° 10, janvier.

Fillol, V., Vernaudon, J., Salaün, M., Nocus, I. (2007). L’école républicaine française et les langues kanak, In C. Burban, C. Lagarde (Eds), L’école, instrument de sauvegarde des langues menacées ?, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, Collection Etudes.

Fillol V. (2009). Pour une didactique du plurilinguisme à l’école calédonienne, In Le français aujourd’hui, n° 164, pp. 53-60.

Colombel, C., Fillol, V., (à paraître). Enjeux des langues d’enseignement dans la construction de l’identité scolaire des jeunes océaniens francophones », in Actes du colloque La construction identitaire à l’école. La construction identitaire à l’école : approches pluridisciplinaires, colloque organisé par l’équipe Didaxis IUFM du laboratoire Dipralang EA 739.

Fillol, V., Salaün, M., (à paraître) « La fin d’une école monolingue ? Décolonisation, idéologies linguistiques et réforme de l’enseignement : le cas de la Nouvelle-Calédonie contemporaine », Carnets d’Atelier de sociolinguistique.

Sam, L. D., Paia, M., Vernaudon, J., Nocus, I., Salaün, M., Fillol, V., (soumis). School and linguistic diversity in French Oceanian Collectivities, Actes du 11ème Inter-congrès des Sciences du Pacifique & 2ndes Assises de la recherche française dans le Pacifique, Papeete, 2-6 mars 2009.


GAMBETTA

acrobat_8_48x45 La répartition linguistique du Vanuatu_text

ppt2Présentation_ppt


MACCAFFERY John

acrobat_8_48x45 presentation

ppt2 ppt

Senior Lecturer

Te Kura o nga Matatini o nga Reo me nga Toi

School of Arts Languages and Literacies

( English/ Literacy /Languages/TESOL/ Biliteracy/ Bilingual/ Immersion Education )

Abstract
While much has been written about the advantages of being bilingual and of Bilingual Education programmes , little has been presented about the specific pedagogies (principled theorised practices ) which might ensure it works well in a range of settings. Using the Aotearoa/New Zealand bilingual /immersion education experience with Maori and Pacific and work from the Pacific islands themselves, this paper presents key ideas from emerging previously unpublished research which may be of significant pedagogical importance and work well in a range of Pacific settings


Nocus, Isabelle

Maître de Conférences

Résumé de la communication

Cette communication a pour objectif de présenter les premiers résultats d’un programme de recherche intitulé « Ecole Plurilingue Outre-Mer » (ECOLPOM, projet n°ANR-08-BLAN-001-02) (pour les détails, voir : http://www.ecolpom.univ-nantes.fr). Il comporte des évaluations menées parallèlement en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et en Guyane, selon deux axes complémentaires sur 3 ans (2009-2011). Le premier, psycholinguistique, évalue l’impact global de l’enseignement des langues sur les compétences langagières des élèves, tant en langue d’origine (drehu, ajië, tahitien le créole et le nengee) qu’en français, et sur leurs comportements et compétences scolaires ainsi que leur développement personnel. Le second axe, sociolinguistique, cherche à déterminer si le renforcement de l’enseignement des langues d’origine à l’école modifie les pratiques linguistiques des familles, contribue à faire évoluer positivement les représentations linguistiques sur les langues d’origine et sur le français, et s’il favorise le rapprochement des familles avec l’école. Les 3 chercheuses se connaissent et collaborent depuis de nombreuses années. Ce qui caractérise ce travail, ce programme de recherche, c’est aussi une certaine éthique : le respect des positions théoriques de chacun(e). La diversité des champs respectifs oblige à la confrontation entre le terrain et les approches théoriques multiples.

Situation actuelle

Enseignante à l’université de Nantes, UFR de Psychologie

Chercheur au laboratoire Éducation, Cognition et Développement (Labécd) – EA 3259 et dans l’ERT-E50 – Université de Nantes

Chercheur associé au laboratoire Centre des Nouvelles Etudes sur le Pacifique EA 4242 - Université de la Nouvelle-Calédonie

Cursus

Qualifié par le CNU en section 16.

Doctorat de Psychologie de l’université de Bourgogne (Côte d’Or) en 1997. Directeur : Jean Emile Gombert (Professeur). Titre : « Conscience Métasyntaxique et Apprentissage de la lecture. ». Mention Très honorable avec félicitations du jury.

Autres expériences professionnelles

Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université de Louis Pasteur à Strasbourg (décembre 1998 à août 1999) et au LEAD / CNRS de l’université de Dijon (septembre 1997 à septembre 1998)

Allocataire de Recherche au LEAD / CNRS de l’université de Dijon (décembre 1994 à septembre 1997).

Enseignement à l’université de Nantes, UFR de psychologie depuis 2000 : Psychologie du développement, Éducation et développement, Langage et culture, Psychopathologie et cognition, Développement cognitif, Psycholinguistique développementale, Traitements statistiques des données.

Missions d’expertise : A travaillé sur l’évaluation de programmes pédagogiques (pratiques de classes, effets sur les compétences des élèves). A participé aux travaux du groupe national de pilotage pour la création des outils d’évaluation et d’aide aux apprentissages en GSM et en CP.

Expériences de terrain : Formatrice à l’Atelier Pédagogique Personnalisé et à l’Association Promotion Sociale Adultes Jeunes (APSAJ) à Dijon (employeur IFPA, Institut de Formation et de Promotion des Adultes) : évaluation et remédiation des difficultés en français et préparation aux concours (administratif, d’entrée dans les écoles, etc.) auprès d’adultes (niveaux VI, V et IV) au chômage ou en cours de reconversion.

Expérience de coordination :

Pour le compte du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. 2004-2005. Évaluation d’un programme expérimental d’enseignement des langues vernaculaires kanak à l’école primaire publique.

Pour le compte du Gouvernement de la Polynésie française. 2005-2008. Évaluation d’un programme expérimental d’enseignement du tahitien à l’école primaire publique.

Pour le compte de l’ANR, porteur du projet et responsable scientifique du programme de recherche ECOLPOM (2009-2011).

Thématiques de recherche

- Apprentissages fondamentaux et prévention des difficultés d’apprentissage

- Création et validation d’outils d’évaluation utilisables par les enseignants de maternelle pour le repérage des difficultés de leurs élèves

- Evaluation des effets de certains contextes éducatifs sur les apprentissages fondamentaux.

- Comportements et les compétences liées aux apprentissages que mobilisent les élèves dans les tâches habituelles de classe (attention, organisation, persévérance, maintien de l’effort, etc…)

- Enseignements plurilingues : évaluation de dispositifs d’enseignement des langues locales en Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Guyane et leur impact sur les compétences langagières des élèves, sur leur réussite scolaire et leur développement personnel.

Publications depuis 5 ans

Articles dans revue à comité de lecture

Nocus, I., Florin, A., Guimard, P., Vernaudon J. (2007). Effets d’un enseignement en langue kanak sur les compétences oral / écrit en français au cycle 2 en Nouvelle-Calédonie. Bulletin de psychologie, 60 (5), 491, p.471-488.

Article de vulgarisation

Nocus, I., Guimard, P., & Florin, A. (2009). Bilinguisme à l’épreuve. Têtes chercheuses, n°12, p.17.

Chapitres d’ouvrage

Fillol, V., Vernaudon, J., Salaün, M., Nocus, I. (2007) L’école républicaine française et les langues kanak, In C. Burban et C. Lagarde (Eds), L’école, instrument de sauvegarde des langues menacées ?, Perpignan : Presses Universitaire de Perpignan.

Florin, A. Guimard, P. & Nocus, I. (2008). Favoriser le développement des compétences lexicales et métalexicales en vue d’une aide à la production de textes au cycle 3. in Grossman, F. & Plane, S. « Lexique et production verbale : vers une meilleure intégration des apprentissages lexicaux ». Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Guimard, P., Nocus, I., Florin, A. (2009). Les évaluations à l’école maternelle et la prévention des difficultés d’apprentissage : quelle utilisation par les enseignants ? In J.Vernaudon & V.Fillol. Vers une école plurilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyane. Paris : L’Harmattan.

Nocus, I., Guimard, P. & Florin, A. (2009). L’évaluation des dispositifs bilingues d’enseignement en Océanie francophone. In J.Vernaudon & V.Fillol. Vers une école plurilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyane. Paris : L’Harmattan.

Sam, L. D., Paia, M., Vernaudon, J., Nocus, I., Salaün, M. et Fillol, V. (2009). School and linguistic diversity in French Oceanian Collectivities, proceedings of the 11th Pacific Science Inter-congress and of the 2nd Symposium on French research in the Pacific, Papeete, support CD & article publié en ligne sur : http://intellagence.eu.com/psi2009/output_directory/cd1/Data/articles/000037.pdf, ISBN N°978-2-11-098964-2

Guimard P., Florin A. & Nocus, I. (2010, à paraître). Évaluer les compétences des enfants tout venants et à besoins spécifiques : un outil pour la prévention des difficultés scolaires et l’aide aux apprentissages. In D. Mellier (edr). Le développement des enfants nés prématurément. Marseille : Solal.


Pisiep

ppt2

vanuatu_ppt


Rarriwuy Marika

My name is Rarriwuy Marika. I am a Rirratjtingu woman from Yirrkala Community in North East Arnhem Land. My first language is Rirratjingu which is the name of my clan. I also speak Gumatj, my mother’s language, Djambarrpuyngu, my grandmother’s language and a number of other Yolngu Matha languages. Yolngu languages are spoken widely across North Eastern Arnhemland.

I have been employed for many years by the Northern Territory Department of Education and Training. I currently work at Yirrkala School in the Literature Production Centre as a Literacy Worker.

Over the years I have been a member of numerous local organizations. I am a registered interpreter with the Aboriginal Interpreter Service based in Darwin. I am also a Yambirrpa Schools Council member.

For many years I have been involved in education at Yirrkala School both as a teacher and as a Literacy Worker in the Bilingual program. I have worked in Nhulunbuy (the nearby mining town) at the Secondary and Primary Schools as a teacher of Yolngu Matha. In recent years I have been an Indigenous Visiting Scholar at Trinity College, University of Melbourne.

I am the author of a number of children’s book in Yolngu Matha and co author of the article, “Leaching the Poison - The Importance or Process and Partnership in Working with Yolngu” published in the Journal of Rural Studies.

I will be doing a power point presentation relating to bi-lingual education at Yirrkala School in the Northern Territory.


Salaün, Marie

Maître de Conférences (HDR)

Résumé de la communication

Cette communication a pour objectif de présenter les premiers résultats d’un programme de recherche intitulé « Ecole Plurilingue Outre-Mer » (ECOLPOM, projet n°ANR-08-BLAN-001-02) (pour les détails, voir : http://www.ecolpom.univ-nantes.fr). Il comporte des évaluations menées parallèlement en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et en Guyane, selon deux axes complémentaires sur 3 ans (2009-2011). Le premier, psycholinguistique, évalue l’impact global de l’enseignement des langues sur les compétences langagières des élèves, tant en langue d’origine (drehu, ajië, tahitien le créole et le nengee) qu’en français, et sur leurs comportements et compétences scolaires ainsi que leur développement personnel. Le second axe, sociolinguistique, cherche à déterminer si le renforcement de l’enseignement des langues d’origine à l’école modifie les pratiques linguistiques des familles, contribue à faire évoluer positivement les représentations linguistiques sur les langues d’origine et sur le français, et s’il favorise le rapprochement des familles avec l’école. Les 3 chercheuses se connaissent et collaborent depuis de nombreuses années. Ce qui caractérise ce travail, ce programme de recherche, c’est aussi une certaine éthique : le respect des positions théoriques de chacun(e). La diversité des champs respectifs oblige à la confrontation entre le terrain et les approches théoriques multiples.

Situation actuelle

Enseignante (MCF) à l’université de Paris 5. René Descartes

Chercheur à l’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Sciences sociales, politique, santé – UMR 8156)

Membre du GDR 2835 Nouvelle-Calédonie:enjeux sociaux contemporains
Chercheur associé au laboratoire Centre des Nouvelles Etudes sur le Pacifique EA 4242 - Université de la Nouvelle-Calédonie

Cursus

Habilitation à diriger des recherches. A l’épreuve de l’autochtonie. Penser la décolonisation de l’école. Une comparaison France/Etats-Unis (Nouvelle-Calédonie/Hawaï), Université Paris 8, section 70. 2010

Qualifiée (MCF) par le CNU en sections 19 et 70, 2001.

Thèse nouveau régime sous la direction de Christian Baudelot (sociologie) - Les Kanak et l’Ecole. Sociohistoire de la scolarisation des Mélanésiens de Nouvelle-Calédonie. 1853-1998. EHESS Paris. Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité. 2000.

DEA de Sciences Sociales (EHESS Paris/ENS). 1993

Agrégation externe de Sciences Sociales.1992
Licence et Maîtrise de Sociologie - Paris 5. 1989-1991.
Hypokhâgne et Khâgne S (Lettres et Sciences Sociales). 1987-1989.

Enseignement

A Paris Descartes, département des Sciences de l’Education : Anthropologie de l’éducation (L3), Education et colonisation (M1), L’éducation en contexte postcoloniale (M2).

A l’EHESS Paris : séminaires Formation à la Recherche dans l’Aire Océanienne, Questions autochtones contemporaines, Images de l’autochtonie

Responsabilités collectives :

Responsable de l’axe « Institutions : local, colonial, post-colonial » du GDR 2835 Nouvelle-Calédonie. Enjeux sociaux contemporains, 2004-2011.

Responsable du programme Jeunes Chercheurs de l’ANR : Les peuples du Pacifique insulaire et l’Etat : autochtonie, identité, ethnicité, citoyenneté.

Co-responsable, avec Alban Bensa, de la collection Cahiers du Pacifique Sud Contemporain chez L’Harmattan

Mission d’expertise. Pour le compte du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. 2004. Evaluation d’une expérimentation d’enseignement des langues vernaculaires kanak à l’école publique. Cette mission a donné lieu à la publication d’un rapport de recherche : Les langues kanak à la maternelle. Contribution à l’évaluation de l’expérimentation DENC/IFMNC. Aspects sociolinguistiques. 80 pages + annexes.

Expériences de terrain : Nouvelle-Calédonie:1994 (3 mois), 1995 (3 mois),1998 (3 mois), 2004 (2 mois), 2006 (2 mois) ; Hawaï : 2007 (1 mois), 2008 (2 mois) ; Polynésie française (4 mois)

Thématiques de recherche

colonisation, décolonisation, postcolonial, langues vernaculaires, réformes éducatives contemporaines, revendications identitaires, questions autochtones, Pacifique sud, Hawaï, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française

Publications depuis 5 ans

2005a. L’école indigène. Nouvelle-Calédonie. 1885-1945. Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire.

2005b. Les langues kanak à la maternelle. Contribution à l’évaluation de l’expérimentation DENC/IFMNC. Aspects sociolinguistiques. Rapport de recherche, Nouméa, Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Direction de l’Enseignement, 80 pages + annexes.

2005c. « De la mentalité primitive au choc des cultures. L’échec scolaire kanak et son étiologie : état des lieux (communs) » in Stéréotypes et représentations en Océanie sous la dir. de V. Fillol et J. Vernaudon, Corail/Grain de sable : 129-144.

2006a. « Une institution républicaine ? L’école indigène en Nouvelle-Calédonie. 1885-1945. », French Colonial History, 7 : 143-164.

2006b. avec Fillol, V, Nocus, I., Sam, L., Vernaudon, J., « La prise en compte des langues maternelles kanak favorise-t-elle l’appropriation du français ? Bilan d’étape d’une expérimentation en Nouvelle-Calédonie », in C. Noyau (dir.), actes du colloque international de l’Université Paris-X-Nanterre, Appropriation du français et construction de connaissances via la scolarisation en situation diglossique.

2007a. « Maurice Leenhardt et l’école : pédagogie missionnaire, pédagogie coloniale (Do Néva, 1903-1926) », dans M. Naepels & C. Salomon (éds), Terrains et destins de Maurice Leenhardt, Paris, Éditions de l’ehess, Cahiers de L’Homme : 117-137.

2007b. « Are Kanak languages to be taught ? Social demands and linguistic dilemmas in contemporary New Caledonia », Journal de la Société des Océanistes , 125-2 : 262-269.

2009a. « Comme à la limite des théories de l’impérialisme : le français en Nouvelle-Calédonie-/Kanaky, langue d’oppression ET d’expression », Dorais, L.-J. & M. Gatti (dir), Littératures autochtones émergentes : Canada, Afrique du Nord, Océanie française, Montréal, Mémoire d’Encrier.

2009b. « Identité restituée, identité instituée ? L’Académie des Langues Kanak et les enjeux de la normalisation linguistique en Nouvelle-Calédonie », in Faugère, Elsa & Isabelle Merle (dir.), 2009, La Nouvelle-Calédonie, vers un destin commun ? Nouveaux enjeux, nouveaux terrains, Paris, Karthala : 81-100.

2009c. « Langues locales et école en contexte français : une perspective sociohistorique », in V. Fillol et J. Vernaudon, Vers une école plurilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyane, Paris, L’Harmattan, Cahiers du Pacifique Sud Contemporain, Hors-Série 1 : 21-33.

2009d. Avec Natacha Gagné (U. Ottawa), « Présentation ». Autochtonies. Vues de France et du Québec, Salaün, Marie (dir.), Natacha Gagné (dir.) Martin, Thibault (dir.), coll. Mondes autochtones , Québec, Presses de l’Université Laval : XIII-XX.

2009e. « Une parentalité disqualifiée ? Etre “jeunes parents” kanak en Nouvelle-Calédonie aujourd’hui. » in Gagné, N. et L. Jérôme (dir.), Jeunesses autochtones : Affirmation, innovation et résistance dans les mondes contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 79-96.

2009f. Avec Jacques Vernaudon,
« La citoyenneté comme horizon : destin commun, demande sociale
et décolonisation de l’École en Nouvelle-Calédonie aujourd’hui »,
Anthropologie et Sociétés, 33-2 : 63-80.

2009g. Papahana Kaiapuni Hawai’i. Les écoles d’immersion à Hawaï,
Documents de recherche Yawenda, 2, Centre Interdisciplinaire d’Etudes
et de Recherches Autochtones, Université Laval, Québec, 80 p.

2009h. Avec Natacha Gagné (U. Ottawa), « De la difficulté à traiter les faits sociaux comme des « choses » : l’anthropologie et la question autochtone », Monde Commun, 1 (2) : 68-99.

2010a. « A la limite des théories de l’impérialisme : le français en Nouvelle-Calédonie-/Kanaky, langue d’oppression ET d’expression », Dorais, L.-J. & M. Gatti (dir), Littératures autochtone, Montréal, Mémoire d’Encrier : 135-150.

2010b. Visages de la souveraineté en Océanie, Salaün (dir.), Gagné, Natacha (dir.), Cahiers du Pacifique Sud contemporain, 6, Paris, L’Harmattan.


Soaladaob Kiblas

acrobat_8_48x45 presentation

ppt2 ppt

MA Student

Macmillan Brown Centre for Pacific Studies

University of Canterbury

Christchurch, New Zealand

Abstract

Language, Education, and Cultural Values in Palau
Learning a language is perhaps the most fundamental paradigm to initially understanding a culture. As such, that is why it is a marker of identity and cultural heritage all over the world. For many Pacific Island cultures, there is recognition of the need to strengthen the vernacular as part of educational and social development in Pacific societies. This presentation aims to illustrate in Palau, why the learning of the vernacular language is the first step in identity empowerment prior to learning a second language. There will be examples shown to demonstrate how the current education system in Palau adopted from the U.S. has implemented Palauan studies courses in the public education system as a step towards this initiative. Furthermore, there is an awareness of the Palau government on the implementation of an organization to strengthen the Palauan language in the education system

CV

My name is Kiblas Soaladaob and I have been studying in New Zealand for two and half years. I am from the islands of Palau in western Micronesia in the northern Pacific. I am a post-graduate student at the Macmillan Brown Centre for Pacific Studies in the University of Canterbury in Christchurch. I recently submitted my master’s thesis and will be returning back to Palau. My research interests include development studies, identity, indigenous knowledge, and education.


Salā Faasaulala Tagoilelagi-Leota

acrobat_8_48x45 presentation_txt

ppt2 presentation_ppt

Programme Leader
School of Education

Faculty of Applied Humanities
Auckland University of Technology

Auckland
New Zealand

Abstract

This paper seeks to unravel the linguistic anonymity that is experienced by Samoan children in [1]aoga amata when they enter either mainstream or Samoan bilingual primary classrooms. Despite the many efforts through various [2]government initiatives and [3]projects and also huge [4]commitment by the Samoan community to ensure Samoan language is continued in other sectors after aoga amata, research (Bell, Starks, Taumoefolau, 2002) have shown that there is a decrease of 4% (from 48% to 44%) of Samoan language speakers in New Zealand. Thus, this paper will look at how the Samoan saying “sosoo le fau I le fau” can be used to ensure children who journey from aoga amata to a Samoan bilingual classroom in NZ can experience the fundamentals of a robust fau joining by a fau of equal strength and sturdiness.


Birtha Wilma Lisimoni-Togahai

Vagahau Niue Curriculum Coordinator

Department of Education

Alofi, NIUE

Abstract

This paper will present an overview of Niuean+English schooling system ; the impact of the New Zealand Curriculum on the Vagahau Niue, what are the difficulties, what kind of benefits and where Niue’s education system is at in this point of time. The debate to include the vernacular of Vagahau Niue into the Niue Education Curriculum was the story of Niue’s education history. Sustaining the Vagahau Niue within a New Zealand Education Curriculum adopted by Niue also presents its own challenges. Any changes or transition that the New Zealand Curriculum experienced over the past 50 years also affected Niue. The main focus however would be on lessons learned on how the Niue Education system has managed to ride the crest of the New Zealand Curriculum’s fluctuating influence whilst concurrently maintaining the vernacular to suit its needs. Two critical questions framed this topic ; first and foremost – how would Niue sustain the Vagahau Niue within the vestiges of depopulation and secondly, what could be done to alleviate the demise of Vagahau Niue in New Zealand ?

Qualifications

BA (USP, Fiji) Grad DipLT (UNITEC, NZ), MEd (University of Southern Queensland, Australia)

Profile

I am Niue born, bred and educated in Niue to secondary school, then Fiji and New Zealand for tertiary studies. My mother is from the village of Avatele and my father comes from the village of Hakupu. I was raised by my mother’s Pastor Parents who served in the village of Namukulu for some 13 years.

Both my parents were staunch Ekalesia Niue members and my grandfather made sure all of us were fluent in both Vagahau Niue and English because he believed that our success in the future hinges on our ability to make a positive transition between both worlds. I served my bond on Niue for four years after graduation and migrated to New Zealand for further studies and career expansion. I originally worked at the Auckland College of Education but left to work full time at the UNITEC Institute of Technology in the School of Languages for the next 10 years. I managed the Self Access Centre for the School of Languages catering for all second language learners from the Pacific, Asian and Middle Eastern countries and tutor part-time English at the school. During my last year at UNITEC I did job share as Resources Manager for the School of Languages’ and worked part time as the Pacific Learning Support Lecturer, at Te Tari Awhina Learning Support Centre. I returned to Niue at the end of 2002 to help develop my mother country and have been here ever since. I also managed a voluntary group NEVAT Niue Experience Vaka Atu Toa) facilitating the return home of young Niue expatriates keen to undertake short term work assignments on Niue as well as publishing vernacular resources, history of Niue, Tupuna Stories and poetry anthologies.

Experience

11 years work experience at a tertiary institution in NZ, Private secretary to the former Premier of Niue, then Head of the English Department, Niue High School for a 3 year term, one year co-ordinating Niue’s preparation to host the 39th Pacific Islands Forum in 2008, implemented the UNDP Niue National Youth Parliament project in 2009 and back to the Department of Education early this year to write up the Vagahau Niue Curriculum i Niue.

Current research interests

* Compiling the chronological history of Niue
* Compiling the 75+ Tupuna biographies to publish and launch in 2011
* The power of Vagahau Niue – is it a submissive language/is our VN hindering our development ?

Publications

* Birtha Lisimoni, Keeping the Niue Leo (Language) Alive, (ed) Steven Roger Fisher & Wolfgang B. Sperlich, Leo Pasifika, Proceedings of the Fourth International Conference on Oceanic Linguistics, 5th – 9th July 1999. The Institute of Polynesian Languages and Literatures, Auckland 2000.

* - yet to complete Chronological history of Niue, “Niue – the Island of Love – Niue Ko e Motu Ofania ”, ongoing

* Afele Paea Rev & Birtha Lisimoni-Togahai (Eds), “Ko e Maama kua Kikila Ki Niue Nukututaha”, NEVAT Press, 2010, released Peniamina Gospel Day, 26 October 2010


Dr Melenaite Taumoefolau

ppt2 presentation

BA GCE (SPac), MA ESFL (Wales), MProfStuds (1st Hons), PhD
Senior Lecturer in Pacific Studies,
Director of Pacific Language Studies

Comparison of aspects of the language situation in Tonga and those in NZ

Melenaite Taumoefolau

Abstract

My paper compares aspects of the language situation in Tonga and NZ. I identify the results of those situations for Tongan people, which are either 1. functional bilingualism, or 2. subtractive bilingualism and monolingualism. I show that both in Tonga and NZ, our strategies at the moment result more in subtractive bilingualism and monolingualism than in functional bilingualism. Last but not least, I explain the reasons why immersion or bilingual education as language pedagogies result in functional bilingualism. In this theoretical part of my paper, I maintain that language is both a conceptual and a grammatical system.

Current research

Melenaite is researching words and lexical items in Tongan language for inclusion in a monolingual Tongan dictionary, funded by NZAID under the auspices of the Tonga Ministry of Education. Specifically, she is interested in archaic words, new words, and existing words that have developed or are developing new senses or meanings. Melenaite is also researching topics in Tongan linguistics, such as accentuation, parts of speech, and transitivity. This research will have implications for the kinds of grammatical information to be conveyed in the dictionary. Her research will also help Tongan literacy development and contribute to Pacific linguistics generally. Melenaite spends around eight weeks annually in Tonga working with Tongans on the dictionary, and also works with Tongans in Auckland.

An important part of her research interest is sociolinguistic. Melenaite was an Investigator in the Languages of Manukau Marsden Project (2000-2002) which investigated the health of Pacific languages in Auckland. She is also interested in Pacific education research and the part played by language education specifically. She was one of the Auckland University team of educators that reviewed the Tonga Institute of Education in 2005, which recommended on ways to improve teacher education, including language education, in Tonga. She is also researching the role of Pacific languages in the interdisciplinary subject, Pacific Studies.


Rada Tirvassen

acrobat_8_48x45

ppt2
conférence

Abstract

École et langues maternelles en contexte plurilingue dans le sud-ouest de l’océan Indien.

Cette présentation tentera d’analyser la place de la langue première dans les systèmes éducatifs des îles du sud-ouest de l’Océan Indien à partir d’une double démarche. Il s’agira, à partir des outils conceptuels qu’offre la sociolinguistique, d’étudier la répartition fonctionnelle entre les langues dans ces systèmes inévitablement plurilingues (puisque la colonisation est passée par là) avant que l’on ne fasse des rapprochements entre ces données et la réalité linguistique extra-scolaire. Toutefois, la compré­hension que ces éclairages offrent n’est pas suffisante pour une intelligibilité adéquate de la question du choix des langues dans des systèmes éducatifs confrontés au bi/plurilinguisme. En effet, le sujet apprenant et les processus cognitifs qui caractérisent sa scolarisation sont exclus des préoccupations de la sociolinguistique. Si l’école, c’est l’appropriation de connaissances et la maîtrise de savoir-faire tels que la lecture et l’écriture ainsi que le développement des aptitudes indispensables pour participer aux autres activités qui s’y déroulent, il est nécessaire de comprendre les rapports entre la nature cognitive de ces processus et le langage. Ce sont là quelques unes des préoccupations de l’enseignement bilingue (bilingual education). Les travaux conduits dans ce qu’on désignera comme un cadre conceptuel élaboré par l’enseignement bilingue partent du postulat que les langues sont constitutives du développement conceptuel (dont l’entrée dans l’abstraction : évoquer des événements accomplis par exemple) et de la structu­ration des connaissances qui caractérisent toute la scolarisation de l’enfant. L’entrée dans la littératie et le développement des savoir-faire ciblés par l’institution éducative ne peuvent donc pas être analysées sans une prise en compte de leur dimension cognitive. Non seulement ces questions n’ont pas été pris en compte dans les aménagements conduits sur les systèmes éducatifs, mais aussi, la recherche scientifique, se limitant aux seuls outils empruntés à la sociolinguistique, a conduit une évaluation limitée, certains diront biaisée, de ces changements de la politique linguistique des systèmes éducatifs de la zone.


Vahi Sylvia TUHEIAVA-RICHAUD

Maître de conférences en langues et littératures polynésiennes à l’Université de la Polynésie française

Abstract

L’Université de la Polynésie française : un outil fondamental pour la recherche appliquée dans l’enseignement des langues et de la transmission de la culture polynésienne en milieu scolaire.

Quelles contributions l’enseignement et la recherche à l’Université de la Polynésie française peuvent-ils apporter dans l’apprentissage et l’enseignement des langues et de la culture polynésiennes dans un contexte plurilingue à caractère diglossique ? Lesquels des éléments des enseignements travaillés dans la filière Langues, Littératures et Civilisations Régionales spécialité Langues Polynésiennes dite Reo Mā’ohi, "Langues polynésiennes" prendre et comment les faire passer et adapter à l’école républicaine pour la rendre plus efficiente et pour qu’elle prenne mieux en compte la richesse du patrimoine linguistique et culturel du pays.

La question est posée et mérite réflexion, tant les enjeux pour une politique éducative plus en prise et en phase avec les aspirations des peuples autochtones et les réalités de la société moderne d’aujourd’hui sont importants.

Profile

Etablissement : Université de la Polynésie française

Laboratoire : EA 4241, Sociétés traditionnelles du Pacifique : fondements culturels, histoire et représentations

E-mail : sylvia.richaud@upf.pf

Présidente du Jury de Capes tahitien 2011

Vice-présidente du Jury de Capes Tahitien en 2008,2009,2010

Membre du Jury au Concours PE (professeur des écoles) public et privé en Polynésie française aux sessions 2006, 2007, 2008, 2009 et Responsable de la commission de choix de sujets pour l’épreuve écrite d’admissibilité « langues Polynésiennes » des sessions 2007, 2008, 2009 pour les 2 concours : •Concours externe de recrutement de professeurs des écoles et • Concours d’accès à l’échelle de rémunération de professeurs des écoles des maîtres des établissements d’enseignement privés sous contrat

- 2010-2012 : ré-élue Directrice du Département Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’Université de la Polynésie française

- 2008-2010 : Directrice élue du Département Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’Université de la Polynésie française

- Responsable pédagogique de LLCR-LP 3 2010-2011

- Responsable pédagogique de LLCR-LCP 2 de 2006 à ce jour.

Publications

Ouvrages personnels

- 2009 (co-auteure) ‘Le Tahitien de poche’ Assimil, Collection Langues de poche, 161 p.

- 2001. Code des lois, Cahiers du Patrimoine n° 4, Histoire, Ministère de la Culture de Polynésie française, 180 p.

Ouvrages collectifs

- 2009. "La société traditionnelle de Tahiti et des îles à l’épreuve des premiers "codes de lois missionnaires" écrits (1818-1838), in Anthropologie du christianisme en Océanie, Cahiers du Pacifique Sud contemporain, l’Harmattan, pp. 33-56.

- 2009. "Entre mots et maux : pour une revalorisation culturelle au profit de l’affirmation d’une idéologie politique dominante d’inspiration autochtone", in Autochtonies Vues de France et du Québec (ss direction de Natacha Gagné, Thibault Martin et Marie Salaün), Les Presses de l’Université Laval et Dialog - Le réseau de recherche et de connaissances relatives aux peuples autochtones, pp. 351-365.

Cette publication fait suite à une contribution écrite présentée au Colloque International sur l’Autochtonie en question : Regards croisés France / Québec à Paris, à l’EHESS, les 13-14 juin 2006.

- 2006. Femmes de Tahiti : trois regards in Tahiti, regards intérieurs, Suva, Fiji (ss direct. de Elise Huffer et Bruno Saura), Institute of Pacific Studies, pp. 60 - 99.

- 2006. Préface pour l’ouvrage "La naissance de Havai’i" de Jean-Marc Tera’ituatini Pambrun, Pape’ete, Editions Le Motu, p. 9-13.

- 2004. "Eglises et sectes" et "Protestant" in 101 mots pour comprendre la Polynésie française ( ss direction de Jean-Marie Dubois et Marie-Noëlle Frémy), Editions Ile de Lumière, Nouvelle-Calédonie , p. 77-78 et p. 187-188.

- 1997. Les relations interconfessionnelles en Polynésie française, en français et en reo maohi, in 1797- 5 mars 1997 Une vie polynésienne, 1797- 5 no Mati 1997 Te oraraa porinetia, EEPF - Haere Po no Tahiti, pp. 114 -141.

- 1997. A Missionary Voyage To The Southern Pacific Ocean In The Ship Duff & Otaheitean Journals, James Wilson, 1797, en version trilingue, Société des Etudes Océaniennes - Haere Po no Tahiti, 282 p. : travail de traduction en équipe, du français en tahitien.

- 1997. Article de synthèse en français et en tahitien in Les Cahiers du Veà porotetani, 1797-1997 Evangile et Mission en Polynésie, Te Evaneria e te pororaa evaneria i Porinetia, les Actes du Colloque international, Papeete, 7 et 8 mars 1997, Synthèse du colloque international 1797-1997, Evangile et Mission, p.40-41.

- 1991. Légendes polynésiennes, Gravures sur bois de Jean-François Favre, Textes bilingues de D. et R. Koenig, A. Peni, J. Poroi, V. Richaud, inspirés de « Tahiti aux temps anciens » et de « Oceania », Haere Po no Tahiti, 71 p. : travail de traduction en équipe, du français en tahitien.

- 1989. Voyage pittoresque autour du monde de Jules Sébastien César Dumont d’Urville, Haere Po no Tahiti, 194 p. : travail d’élaboration d’un tableau de correspondance des mots polynésiens employés dans le texte d’origine.

Publications et articles dans Revues littéraires et brochures locales

- 2009. "Un rautï tama’i, chant de guerre ancien (suite et fin) Un exemple de traduction en action" in Confluence. Qarus ’aru Revue océanique d’expression française en téléchargement gratuit sur www.haerepo.com Editions Haere Pō, n° 2, pp.86-90.

- 2009. "Un rautī tama’i, ancien chant de guerre " in Confluence. Qarus ’aru Revue océanique d’expression française en téléchargement gratuit sur www.haerepo.com Editions Haere Pō ligne, n° 1, pp.105-111.

- 2008. Rédigés de chapitres historiques et culturels sur l’île de Maupiti, pour la réalisation d’une brochure d’accueil dans le cadre de l’Atelier du Patrimoine Mondial UNESCO des pays du Pacifique qui s’est tenu à Maupiti, 1- 07 novembre 2009, p. 3-6.

- Avril 2007. Te parau o te reo i Porinetia faräni (Histoire de la langue (tahitienne) en Polynésie française), Littérama’ohi n° 13, pp. 86 -105.

- Décembre 2007. "O vai te fatu o te faufa’a tupuna tumu i Porinetia farani ? (À qui appartiennent les traditions en Polynésie française ?), Littérama’ohi n°14, pp. 22- 31.

Poèmes libres en langue tahitienne

- Mai 1992, Pehepehe 5 no māti (Poème sur le 5 mars, Fête de l’arrivée de l’Evangile en Polynésie française), in Veà porotetani, p. 1.

- Juin 1992, Te haere ê nei te Māòhi i hea (Poème : Quelle voie Māòhi prenent-ils ?), in Veà porotetani , p. 13.

- 2001. Poème Te Tama toa, in Brochure Mahana ’ōro’a o te Reo Mā’ohi – Journée du Reo Mā’ohi, p. 6.

- 2003. E vahine ’oe (Femme tu es) en version bilingue, in Littérama’ohi n° 3, pp. 117-129.

Critiques d’ouvrages

- Avril 1996," Hakka en Polynésie" de Jimmy Ly, Association Wen Fa, in Veà Porotetani n° 3, p. 24.

- Octobre 1996, "Maupiti, Récit d’une discrète parente de Tahiti" de Claude Ener, Les Editions du Pacifique, Carnets d’Océanie, in Veà Porotetani n° 8.

- Décembre-janvier1997-1998, Regards croisés "Des Tahitiens, des Français. Leurs représentations réciproques aujourd’hui" de Bruno Saura, in Veà Porotetani n° 20, p. 98.


Salainaoloa Lisa-Maree WILSON

acrobat_8_48x45 presentation_txt

ppt2Teaching Samoan

Qualifications
BA - Linguistics, Samoan Studies/Fa’asamoa, Victoria University of Wellington (2006)
BA (HONS – 1st class) – Pacific Studies, Victoria University of Wellington (2008)
MA (Merit) – Pacific Studies, Victoria University of Wellington (2010)

Teaching Samoan in New Zealand : The Context for a bilingualism programme in New Zealand today - A Case Study from Secondary Schooling

Abstract

This paper discusses the context for Samoan bilingualism education in Aotearoa/New Zealand and how this gives support to Samoan and Pasifika language maintenance in Aotearoa New Zealand. The paper will present data from a Secondary school case study (2009) which focused on the perceptions held by a group of students, teaching staff and parents about the valuing of the Samoan language in New Zealand today, and their views on who, or what agencies should be responsible for teaching and maintaining the language. This paper will then outline selected findings from the study highlighting the crucial role of the school in language maintenance efforts which support the belief that Samoan bilingual education should and could be a key strategy for the survival of the Samoan language in Aotearoa/New Zealand today.

Profile

Salainaoloa is of Samoan and Scottish heritage, born and educated in New Zealand, and has also lived and studied in Samoa. Her mother hails from the villages/districts of Fagaloa, Lalovaea, Solosolo, Fasitoo-uta, Safotu and Leauvaa. Her father is a Scottish New Zealander.

Salainaoloa is a graduate of the Samoan studies and Pacific studies programme at Vaaomanu Pasifika, Victoria University and has both taught and tutored there for both programmes. She has also taught Samoan at the Adult Community Education (ACE) level. Her research interests/areas are Samoan language maintenance and shift, Samoan language teaching and learning and Samoan epistemology. Her recently completed Master’s study “Le Tofi Ne’i Valetuulima” focused on the perceptions of a group of Samoan students, teachers and parents on the place of the Samoan language in New Zealand today. As a first language speaker of Samoan born and raised in New Zealand, Salainaoloa is passionate about the Samoan language and hopes to study further in this area at PhD level in the near future.

Conferences, Seminars, Presentations

* Le Tofi Nei Valetuulima – O manatu faaalia a tamaiti Samoa, faiaoga Samoa, ma matua Samoa, i le tulaga o le Gagana Samoa i Niu Sila i le taimi nei. (June, 2010). 21st celebrations of Samoan studies at Victoria University of Wellington, Victoria University of Wellington, Wellington.
* Pasifika Education. (June, 2010). Spacifically Pacific Leadership Day, Hastings Girl’s High School, Hastings.
* Gagana Samoa I Niu Sila. (June, 2010). Vaiaso o le Gagana Samoa/Samoan Language Week, Access Grid, Victoria University of Wellington, Wellington.
* Carrying the Tapa – My experiences as a Samoan Girl in the New Zealand Education System. (April, 2010). TRCC Carrying the Tapa National Teachers’ Refresher Course, Wellington.
* With Peggy Fairbairn-Dunlop, (August, 2009). The Pacific Post Graduate Talanoa Network, BRCSS Conference, Wellington.

Membership and affiliation

Youth Representative
Social and Human Sciences
New Zealand National Commission for UNESCO








 
Colloques AGORA Agora manifestations scientifiques

Accueil | Agora-SHS | Colloques | Actualités | Liens | Contact | Réalisation GD | AGORA-SHS © 2017